LES MODÉRATEURS


© Droits réservés

Gérard MEUDAL est journaliste, critique littéraire et traducteur de nombreux ouvrages de littérature anglaise. Il a notamment traduit les livres de Norman Mailer, Joseph O’Connor, Salman Rushdie, dont Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits (Actes Sud, 2016), ainsi que  Paul Auster (4 3 2 1, Actes Sud, 2018).

Il est, depuis 2011, une figure familière des manifestations littéraires pour lesquelles il modère de nombreuses rencontres, notamment à la Librairie Apostrophe à Chaumont.

Elodie Périlhou © Laurentine Périlhou

Élodie KARAKI est Docteure en littérature française et diplômée de Sciences-Po. Elle anime des rencontres littéraires dans différents lieux et manifestations (Oh les beaux jours!, Les Enjeux contemporains de la littérature, Les Rencontres de Chaminadour…).

Elle mène également des ateliers de critique littéraire en milieu scolaire. Sa chronique littéraire, Cabanes, est diffusée sur Radio Grenouille.

© Droits réservés

Thierry GUERRIER est journaliste indépendant, créateur et animateur d’événements et consultant.

D’abord présentateur et reporter au sein de nombreux chaînes de télévision et radio, il a participé à la création de LCI et a été grand reporter politique à TF1 pendant 7 ans. Il a présenté pendant de nombreuses années Le Grand journal et 100% Politique sur LCI, C dans l’air et C à dire ?! sur France 5. De 2004 à 2006, il a été directeur adjoint de France Info et directeur de la rédaction tout en intervenant sur RTL et Europe 1.

Il enseigne aussi le journalisme à Science Po Paris.

© Droits réservés

Sarah POLACCI est animatrice et reporter à Radio France. Elle est en charge de la matinale du week-end sur France Bleu Lorraine.

Animatrice de débats littéraires, Sarah Polacci est aussi chargée de planifier et de modérer les forums Radio France pendant Le Livre sur la Place, premier salon littéraire de la rentrée à Nancy.

Elle est également conseillère littéraire pour la résidence d’écrivains La pensée sauvage, créée par Olivier Dautrey, lieu d’accueil pour écrivains en campagne lorraine, tourné vers l’écriture contemporaine.

© Droits réservés

Régis PÉNALVA, ancien libraire, a été durant dix ans directeur de la Comédie du Livre à Montpellier, responsable de l’Agora des savoirs et chanteur de karaoké. Désormais programmateur littéraire pour le Département de l’Hérault, il intervient également en tant que programmateur et animateur de rencontres dans différents festivals en France.

Jean-Paul Gavard-Perret © Bissey

Né en 1947 à Chambéry, Jean-Paul GAVARD-PERRET poursuit une recherche poétique et un travail critique sur la littérature et l’art contemporains.

Il a publié des essais Samuel Beckett, l’imaginaire paradoxal et la création absolue (minard, 2001), Eugène Leroy ou les apparitions (Almagra, 2011) et des livres de textes brefs parmi lesquels cyclope (éd. de l’atlantique, 2011) Le paysage et sa limite (châtelet-Voltaire, 2012) et labyrinthe (éd. Marie Delarbre, 2012).

Il est critique entre autres pour le Juffington Post et Arts-Up.

@ Droits Réservés

CATHERINE PORTEVIN est journaliste, spécialisée dans la vie des idées. Après avoir tenu les rubriques Essais et Débats à Télérama, elle a rejoint l’équipe de Philosophie magazine en 2011 comme chef de la rubrique Livres.
Elle collabore régulièrement à l’émission Avis Critiques sur France Culture et au cahier Idées du
journal Le Monde.

Elle a publié plusieurs livres d’entretiens et a collaboré à l’ouvrage de Claire Rodier, Migrants et réfugiés (La Découverte, nouvelle édition 2018).

Lionel Tran © Astrid Toulon

LIONEL TRAN a été journaliste alternatif, scénariste de ce qu’on a appelé le mouvement de bandes dessinées indépendantes. Il a publié Sida Mental (Ego Comme X, 2006) et No Présent (Stock, 2012), Prix des Étudiants Européens en 2014.
Il anime aujourd’hui des ateliers d’écriture inspirés par le creative writing anglo-saxon au sein des Artisans de la Fiction, centre de formation à la narration littéraire qu’il a co-fondé en 2014.

© Droits Réservés

Auteure d’origine espagnole, MiCHELE GAZIER a enseigné pendant treize ans et traduit de nombreux auteurs espagnols. Au début des années 1980, le journal Libération lui propose d’écrire des chroniques pour faire connaître la littérature espagnole, italienne et portugaise. Elle devient alors critique littéraire. Elle débute l’année suivante à Télérama comme chroniqueuse dans les pages littéraires.
Son premier roman Histoire d’une femme sans histoire (Juillard) paraît en 1993. Avec plus d’une dizaine de romans à son actif, dont L’homme à la canne grise (Seuil, 2012), récit autobiographique qui s’inscrit dans le prolongement d’une réflexion sur l’intime et la filiation, Michèle Gazier publie en 2014 une monographie consacrée à l’artiste Rotraut Uecker ainsi que Les convalescentes (Seuil, 2014) – roman qui raconte la dépression, la solitude et l’immobilisme, mais aussi la force de l’imaginaire.
Elle a été en 2014, la présidente du jury du Prix du Salon du livre de Chaumont.

Bernard Magnier © Odile Motelet

Journaliste, BERNARD MAGNIER, est un spécialiste des littératures d’Afrique et des « littératures métisses ».

A ce titre, il intervient dans diverses revues et radios (RFI, France Culture).
Il est directeur de la collection « Lettres Africaines » aux Éditions Actes Sud et collabore par ailleurs en tant que conseiller littéraire pour le Tarmac, scène internationale francophone. Il est concepteur de diverses manifestations littéraires en France et à l’étranger. Il est notamment programmateur du festival «Littératures métisses» d’Angoulême et anime des stages de formation sur les littératures d’Afrique, du Maghreb, de la Caraïbe.
Il a publié de nombreux ouvrages sur l’Afrique.

© Droits Réservés

MYRIAM MARINA ONDO, l’expression artistique, le langage poétique et les formes sculpturales. Elle est l’auteur du roman, Tout ce qui brille n’est pas de l’or, de la pièce théâtrale, La terre des sept, du recueil de poèmes, Nourritures célestes et de l’essai, La peinture dans la poésie du XXe siècle.

© Droits Réservés

SOPHIE EKOUE, est formatrice en radio, et travaille sur le leadership des femmes dans la presse et les médias en Afrique occidentale et anime également des rencontres littéraires pour de nombreux festivals de littérature, notamment Étonnants voyageurs de Saint-Malo.
Pour combattre les clichés sur l’absence de sophistication des cultures et pensées africaines, Sophie Ekoué va chercher ses armes dans la littérature, les sagesses et philosophies millénaires des peuples d’Afrique, en s’appuyant aussi bien sur la pen­sée mystique et religieuse que sur un imaginaire du quotidien. Ses livres, riches en références et témoignages, montrent que la cuisine, la musique ou même l’attribu­tion des noms rendent compte d’une véritable complexité de la pensée africaine, au même titre que les grandes civilisations du monde. Son obsession : que des livres pour l’Afrique fassent partie du monde.

DOUCEY Bruno © Murielle Szac-Ed.B.Doucey

Avant de se lancer dans un parcours remarquable d’éditeur, BRUNO DOUCEY a été professeur de français et auteur de nombreux ouvrages pédagogiques à destination des enseignants, proposant une réflexion  essentielle sur la pédagogie de la poésie à l’école. Auteur d’anthologies, de romans, de récits et de  poèmes, maître d’oeuvre du Livre des déserts (Laffont, 2006), il a dirigé les Editions Seghers jusqu’à leur mise en sommeil. Puis il a fondé, en mai 2010 sa propre maison d’édition, les Editions Bruno Doucey, qui revendique l’héritage du poète et éditeur Pierre Seghers et qui compte aujourd’hui plus de quatre-vingt titres. Il a notamment publié les obus jouaient à pigeon vole de Raphaël  Jerusalmy, prix du salon du livre de Chaumont 2016. « Bruno Doucey a eu l’audace, sans argent, de créer une maison d’édition.
Dans de petits livres très soignés, il publie des poètes du monde entier, militants dans l’âme, lyriques dans l’écriture. Ils résistent aux oppressions de toute nature, ils militent pour la liberté, et ils ont du talent » (Bernard Pivot).

Yann Nicol © Mathias Ridde / Ville de Bron

YANN NICOL, est le directeur de la Fête du Livre de Bron (métropole de Lyon). Après des études universitaires consacrées à l’oeuvre de Louis Calaferte, il travaille pour la presse, notamment Le Magazine littéraire. Il participe, en tant que modérateur de rencontres littéraires, à des festivals comme Les Correspondances de Manosque, Paris en toutes lettres, Meeting ou Étonnants voyageurs à Saint-Malo.

Conseiller littéraire et programmateur indépendant pour des structures comme le Centre National du Livre ou le Centre Pompidou, il est aussi l’auteur d’un livre d’entretiens avec l’écrivain Jean-Pierre Siméon, intitulé Usages du poème (La Passe du vent, 2008).

Marianne Alphant © Foley

MARIANNE ALPHANT, agrégée de philosophie, est romancière et essayiste.
Elle a été journaliste à Libération de 1983 à 1992 et a dirigé de 1993 à 2010, les “Revues parlées”, cycles de rencontres philosophiques et intellectuelles du Centre Pompidou. Elle a été commissaire des expositions Roland Barthes (2002), Samuel Beckett (2007) au Centre Pompidou et Jamais vu (2004) du Studio National des Arts Contemporains du Fresnoy en 2004.
Elle a notamment publié Grandes “O” (Gallimard, 1975), Le ciel à Bezons (Gallimard, 1978), L’histoire enterrée (P.O.L., 1983), Claude Monet, une vie dans le paysage (Hazan, 1993), Pascal, tombeau pour un ordre (Hachette, 1998), Petite nuit (P.O.L., 2008) et Cathédrale(s) de Rouen (Point de vue, 2010).
Elle a réalisé des entretiens avec Pierre Guyotat, publiés sous le titre Explications (L. Scheer, 2000). Depuis 2010, elle est conseillère littéraire du Salon du livre de Chaumont.
Son  livre, Ces choses-là (P.O.L, 2013), a été unanimement salué par la critique littéraire.

© Droits Réservés

Journaliste et critique, arrivée en France dans les années 70, FRANSCESA ISIDORI a enseigné l’histoire de l’art à La Sorbonne Paris IV, après avoir été lectrice d’italien à l’Université de Tours et maître de conférences à l’Institut d’Études Politiques de Paris.
Elle a produit et présenté de nombreuses émissions de littérature et de cinéma sur France Culture, notamment Panorama (1987 à 1997), La suite dans les idées et Affinités Électives (2002 à 2011). Conseillère des programmes à la direction de France Culture entre 1997 et 1999, elle a coordonné Les mardis du cinéma, Séance tenante et produit Transformes-cinéma au cours de l’année 1999-2000.
Auteure de plusieurs émissions sur France 3 dans le cadre d’Océaniques, et plus récemment du documentaire La Hongrie de Péter Esterházy et Péter Nádas pour Arte, elle est aujourd’hui programmatrice de l’émission 28 minutes sur Arte

Abdelkader Djemaï © Philippe Colignon

ABDELKADER DJEMAÏ est écrivain. Il est né en Algérie, en 1948 et vit actuellement en banlieue parisienne.
Grand reporter durant plus d’une vingtaine d’années, (1970-1993), il a écrit ses premiers romans, Saison de pierres et Mémoires de nègre, en Algérie avant de s’installer en France en 1993. Devenu écrivain à plein temps, il a publié une quinzaine de romans, de récits et de nouvelles, notamment aux éditions Michalon (Un été de cendres, 31, rue de l’Aigle, Sable rouge et Camus à Oran ). On lui doit aussi des récits de voyage Le Caire qui bat (Michalon), Pain, Adour et fantaisie (Castor Astral), Quartiers d’été (Le Temps qu’il fait) et Un taxi vers la mer (Thierry Magnier). Son talent lui vaut place reconnue parmi les auteurs maghrébins contemporains.
Il est lauréat des prix Tropiques, Amerigo-Vespucci, Stendhal des lycéens, de la ville d’Ambronay et du prix Découverte Albert-Camus.
Il anime également des ateliers d’écriture notamment en milieu scolaire et dans les maisons d’arrêt.
Visant à l’essentiel, son écriture, qu’il veut simple et attentive aux autres, tente d’être au plus près de la réalité à travers les histoires de gens ordinaires confrontés à un monde pas toujours tranquille.

François Petrazoller © François Petrazoller

FRANCOIS PETRAZOLLER est conservateur du patrimoine et directeur des Archives départementales de la Haute-Marne depuis 2001. Né à Strasbourg, il étudie à Paris et en Allemagne, et achève en 1997 sa thèse de l’École des chartes sur l’urbanisme à Strasbourg au XVème siècle. Sa curiosité l’a depuis mené sur les mille chemins de l’histoire haut-marnais. Il a collaboré à de nombreux ouvrages, colloques et expositions. Il est directeur de publication de la revue « Les cahiers haut-marnais ».

© Droits Réservés

Né en 1957, JIGME DOUCHE pratique l’art du trait depuis 30 ans.

Calligraphe, spécialiste des écritures de la route de la Soie, il est membre fondateur du groupe européen « Les doigts Noirs ».

Il travaille actuellement sur les pré-écritures de l’époque néolithique associées au Land Art.

MAÏTE HUGUENY

« Le trajet d’une vie est souvent multiple, le mien s’est arrêté à Chaumont. J’exerce le métier de libraire, depuis plusieurs années. Libraire, c’est surtout partager ses lectures, « donner à lire ».
J’aime rencontrer les lecteurs, auteurs et illustrateurs, c’est le côté magique de ce métier.
Je rédige également des articles ou des critiques pour les revues : « Citrouille » (spécialité jeunesse) et « Pages » (littérature générale).
« Lire plus pour penser plus », ce slogan n’est pas de moi, mais je le revendique.
Au fil des rencontres littéraires, des lecteurs des lectures, je savoure les surprises. »

Georges-Olivier Châteaureynauld © Guy Bernot

GEORGES-OLIVIER CHATEAUREYNAULD, né en 1947, est nouvelliste et romancier. De1966 à1982 il exerce, tout en écrivant, un grand nombre de métiers différents dans lesquels il puise une connaissance sensible et concrète des réalités humaines. Il est l’auteur d’une vingtaines de livres parus aux éditions Grasset, Julliard, Le Rochet, Actes Sud, Zulma..Lauréat du Prix Renaudot pour La faculté des Songes, en 1982, il obtient en 2005 la Bourse Goncourt de la Nouvelle pour Singe savant tabassé par deux clowns. Ancien président de la Société des Gens de Lettres, Georges-Olivier Châteaureynaud est également juré de nombreux prix littéraires. Membre fondateur du mouvement La Nouvelle Fiction revendiquant le droit à l’imaginaire en littérature, il a, en particulier, incarné le renouveau du genre fantastique en France.

Il anime une fois par mois à Chaumont, les Rencontrés d’écrivains, manifestation proposée en partenariat entre la médiathèque les silos et la librairie Apostropohe.

« Nous avons, nous aussi, qui nous tient aisément sous charme, une créature aux cheveux noirs et bouclés, au corsage d’une blancheur éblouissante. Elle nous enseigne une langue dont je n’ai pas bien saisi le nom, et dont je me demande si elle existe vraiment. Cela tient du gazouillis d’oiseau et du murmure de ruisselet. Je ne manquerais ce cours là pour rien au monde »

Photo © Droits Réservés

BERNARD MAZO est né en 1939  Paris. Ses poèmes figurent dans des anthologies de références dont La poésie contemporaine de Serge Brindeau, La nouvelle poésie française de Bernard Delvaille, Histoire de la poésie française de Robert Sabatier, La poésie française de Jean Orizet, parue en 1994. Critique et essayiste, codirigeant le mensuel de la poésie Aujourd’hui poème, il est secrétaire général du Prix Apollinaire et membre de l’Académie Mallarmé. Par ailleurs, il collabore régulièrement aux revues, Autre Sud, Poésie 1 et Vagabondages.

Le poète est décédé en juillet 2012 à l’âge de 73 ans.

« Mais comment retenir entre les mailles de la langue, ce qui est voué à la disposition, à l’érosion meurtrière du temps, à cette perpétuelle dépossession de soi ? »

Photo © Droits Réservés

BARAH MIKAÏL est chercheur spécialisé sir le Moyen-Orient à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS). Il travaille également sur les enjeux géopolitiques de l’eau. Il a été auparavant chargé de recherche au Secrétariat Général pour l’Administration du ministère de la Défense. Titulaire d’un DEA en Sciences politiques, d’un DESS en coopération internationale et d’une maitrise de relations internationales et d’arabe, Barak Mikaïl a rédigé une thèse sur la politique américaine au Moyen-Orient des origines à nos jours. Il enseigne également à l’Université Paris-VIII.

 

Salon du livre de Chaumont